Le Figaro nous informe que la zone euro est le lieu d’érection d’une véritable merveille. Une, ou plutôt deux érections. Deux tours jumelles de 185 mètres de hauteur, qui abritent désormais la Banque centrale européenne.

Hélas, la BCE n’a pas donné l’exemple de cette bonne gestion qu’elle exige des Etats de la zone. Erreur dans la planification des travaux : douze ans, au lieu des neuf années prévues. Erreur dans les prévisions financières : les tours jumelles ont coûté 1,2 milliards d’euros, au lieu des 850 millions annoncés.

Les populations soumises à des programmes d’austérité apprécieront qu’on dépense autant d’argent pour abriter 2 600 employés. Pour se consoler, les victimes des banquiers centraux  songeront à l’œuvre d’art sculptée au plafond de la salle du Conseil, dont l’architecte a bien voulu donner le sens : « l’idée, c’est de représenter l’Europe comme entité, de la deviner, sans forcément distinguer les pays…». Quel aveu !

Les habitants de l’entité seront cependant heureux d’apprendre que « l’eau des toilettes est alimentée par de l’eau de pluie recyclée. »

En attendant le tout-à-l’égout.

***

Article publié dans le numéro 1067 de « Royaliste » – 2014