Mots clés

Aucun mot clé

Partager


Bertrand Renouvin

est né en prison le 15 juin 1943 à Paris.

Sa mère, Mireille Tronchon, arrêtée par la Gestapo à Tulle en janvier 1943, est alors internée à Fresnes pour ses activités dans la Résistance au sein du mouvement Combat. Libérée après la naissance de son fils, elle entre après la guerre dans la magistrature. Médaillée de la Résistance.

Son père, Jacques Renouvin, avocat et militant royaliste avant la guerre, entre dans la Résistance dès juin 1940. Devenu chef des groupes francs du mouvement Combat, arrêté à Brive en janvier 1943, il meurt au camp de Mauthausen en 1944. Croix de Guerre, Compagnon de la Libération.

Bertrand Renouvin a fait ses études au secondaire au lycée d’Evreux, au lycée Français de Londres puis à Paris. Il est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris, docteur en Sciences politiques et titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies de philosophie.

Militant royaliste depuis l’adolescence, il est cofondateur (en 1971) et membre du Comité Directeur de La Nouvelle Action royaliste (N.A.R.), directeur politique du bimensuel « Royaliste » et membre du Comité de rédaction de la revue Cité.

Candidat à l’élection présidentielle en 1974, candidat royaliste aux élections législatives à Nantes en 1978 et à Angers en 1986, aux élections municipales à Paris en 1977 (listes royalistes) et en 1983 (listes jobertistes et royalistes), il a fait campagne en faveur de François Mitterrand en 1981 et a été membre du comité national de soutien de celui-ci en 1988.

Membre du Conseil économique et social de 1984 à 1994, au titre des personnalités qualifiées dans le domaine économique, social, scientifique ou culturel, il a siégé à la Section des Relations extérieures et y a rédigé trois rapports (voir bibliographie).

Membre du bureau du Pôle républicain de février à mai 2002 il y représentait la Nouvelle Action royaliste qui a soutenu la campagne de Jean-Pierre Chevènement pour l’élection du président de la République.

Journaliste professionnel et adhérent au Syndicat national des journalistes de la Confédération Générale du Travail (SNJ-CGT) il collabore à plusieurs revues et magazines français et étrangers tout en continuant à assurer la direction politique de »Royaliste ».

Il est membre de plusieurs associations :

Amicale de Mauthausen

Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

Association régionale des anciens résistants

Association Kareen Manne, Aide aux enfants démunis

Association SeiNèva, réseau d’amitié – Paris, Almaty, Bakou, Bichkek, Douchanbé, Saint-Pétersbourg.

Association Le Courrier des Balkans