Dans son discours du 11 mars à l’Ecole militaire, Nicolas Sarkozy a montré sa totale incompréhension de la stratégie nucléaire. Depuis que la France dispose de ce type d’armement, l’autorité politique est en mesure de dissuader tout pays agresseur, quelle que soit sa puissance, par le risque de destructions inacceptables par rapport à l’enjeu que nous représentons.

La dissuasion nucléaire protège notre seule nation, mais elle la protège complètement – sans qu’il soit besoin d’une aide extérieure. Or Nicolas Sarkozy a affirmé que l’OTAN reposait sur un engagement fondamental : «celui de l’assistance mutuelle en cas d’agression ». Et « ce ne sont certainement pas les Français qui vont s’inquiéter d’avoir un accord avec les Etats-Unis d’Amérique au cas où nous serions agressés (…) ».

C’est proclamer qu’on n’a pas confiance en notre capacité de dissuasion nucléaire. C’est jeter le doute sur notre détermination à réagir. C’est placer la France sous la protection du bouclier américain. Lequel a un inconvénient : il protège les Etats-Unis, qui ne mettront pas leur existence en péril pour sauver leurs alliés.

Ne nous laissons pas soumettre.

***

Article publié dans le numéro 944 de « Royaliste » – 2009