Aux partisans sincères du libéralisme économique, aux conservateurs honnêtes, nous adressons ce message : lisez Joseph Stiglitz, suivez ses avis ! C’est un Américain, « prix Nobel » d’économie, ancien conseiller du président Clinton devenu économiste en chef de la Banque mondiale, un membre de l’establishment qui défend la zone euro.

Ecoutez Joseph Stiglitz qui vous avertit (Le Monde du 22 mai) que l’Union européenne « court au désastre » si elle s’acharne à imposer un plan d’austérité. Car l’austérité « va faire bondir le chômage et amener la dépression ». Vous avez bien lu : la dépression – pas seulement la récession.

Comprenez ce défenseur de l’euro quand il explique que la Grèce, le Portugal et l’Espagne ont été victimes de l’euro fort ; quand il prévient que la déflation provoquera des émeutes ; quand il prévoit que les pays du sud de l’Europe, aujourd’hui étranglés, finiront par choisir la voie difficile mais salutaire du défaut de paiement qui a réussi à l’Argentine : six ans après sa décision de 2001, son taux de croissance atteignait 8,5%…

***

Article publié dans le numéro 971 de « Royaliste » – 2010