Une étude réalisée par le Centre de politique européenne, un institut allemand réputé pour son sérieux et pour son orthodoxie européiste, fait le tri entre les gagnants et les perdants de la prétendue « monnaie unique ».

L’Allemagne a grassement profité de l’euro : sur vingt ans, le gain collectif est de 1893 milliards et le gain par habitant de 23 116 euros. Les Pays-Bas en ont bénéficié : 346 milliards par le pays, 21 003 euros pour ses habitants. Les perdants sont au Sud : Portugal, Italie, Grèce…  Quant à la France, elle a perdu 3 591 milliards et chaque Français 55 996 euros. Cette étude est confortée par d’autres recherches montrant que le taux de change de l’euro a fortement nui à la croissance dans notre pays et par conséquent à l’emploi et au pouvoir d’achat.

Depuis plusieurs années, nous pouvons mesurer de façon précise et simple les dégâts provoqués par la « monnaie unique » dans notre pays et les avantages qui résulteraient de l’éclatement de la zone euro. Pourquoi les syndicats refusent-ils de dénoncer le carcan monétaire ? Pourquoi les chefs populistes ont-ils décidé de se taire sur ce point capital ? Ils cachent aux Français une vérité salutaire.

***

Article publié dans le numéro 1163 de « Royaliste » – mars 2019