En mai 2003, le congrès du Parti socialiste avait voté à l’unanimité pour la retraite à 60 ans.  Aujourd’hui, François Hollande accepte le recul de l’âge légal à 62 ans et envisage l’augmentation de la durée des cotisations à 41 « voire 42 années ». C’est se situer dans la logique faussement réaliste de la droite.

François Hollande ne peut ignorer que les jeunes gens seront obligés de travailler jusqu’à 67 ou 70 ans pour toucher leur retraite à taux plein en raison du chômage qui les frappe et de l’allongement de la durée des études. Cela s’ils ont la chance de pouvoir garder leur emploi et d’être en bonne santé !

François Hollande ne peut ignorer que de très nombreux salariés sont réduits au chômage ou trop malades pour travailler alors qu’ils n’ont en moyenne que 35 annuités : trop peu pour vivre dignement.

Au lieu de chercher à donner des gages aux patrons et aux « marchés », François Hollande serait bien avisé d’écouter ses militants qui lui rappellent l’exigence de justice – de bonnes retraites permettant d’ailleurs de soutenir l’activité économique.

***

Article publié dans le numéro 1003 de « Royaliste » – 2011