Lundi 15 décembre, au journal de 13 heures sur BFM TV. On parle longuement d’une prise d’otages à Sydney puis on enchaîne sur une opération anti-terroriste à Toulouse. Ensuite, c’est un reportage sur la grève des taxis qui bloquent le périphérique parisien. Enfin plusieurs minutes consacrées à un évènement footballistique. On termine sur la météo générale et sur celle des neiges.

Le bandeau qui se déroule en bas de l’image rappelle aux distraits qu’une prise d’otage est également en cours en Belgique.

Et c’est tout pour la Belgique ? Oui. Pourtant, la Belgique est paralysée par une grève générale. Pas de trains, pas de bus, pas d’avions ! Ecoles fermées, comme les administrations. La Flandre elle aussi s’est fortement mobilisée : piquets de grève dans les usines, ports bloqués…

Bien entendu, les autres informations du jour devaient être présentées et commentées. Mais que la Belgique soit ainsi effacée en dit long sur le regard que portent sur le monde les responsables de l’information à BFM TV. – et plus particulièrement sur les mouvements sociaux dans l’Union européenne.

***

Article publié dans le numéro 1038 de « Royaliste » – 2014