Ils l’ont trouvée !

Quoi ? La recette de l’équilibre budgétaire, et même celle de l’excédent.

Qui ? D’abord nos amis grecs. Puis le président Chirac qui a repris l’idée des descendants de Pythagore.

Mais encore ? La technique est simple : quand le budget est trop en déficit, on enlève tout ce qui dépasse. Par exemple, les Grecs faisaient abstraction de leurs dépenses militaires et en rajoutaient sur les recettes de Sécurité sociale.

La révélation de l’entourloupe a inspiré notre président qui a proposé de légaliser le tour de passe-passe : n’a-t-il pas déclaré le 19 octobre que les dépenses « stratégiques » devaient échapper aux critères du Pacte de stabilité ?

Jacques Chirac citait les dépenses de recherche. C’est vrai qu’elles sont décisives. Mais les dépenses militaires aussi ! Et les dépenses sociales pas moins ! Et le paiement des fonctionnaires ? Veut-on qu’ils meurent de faim ?

On peut donc créer des excédents fantastiques. Ceci dans la parfaite transparence puisqu’il n’y aura plus de budget national, mais seulement des exceptions budgétaires. Merveille de l’inventivité humaine…