Avis aux Ukrainiens : en Europe de l’Ouest, ceux qui expriment bruyamment leur solidarité avec les manifestants de Kiev oublieront aussi vite l’ensemble des ukrainiens qu’ils ont abandonné le peuple serbe après la chute de Milosevic. Dès que des élections libres ont eu lieu, le problème est censé être réglé…

Or la Serbie continuent d’être confrontée à de très graves difficultés. L’appareil industriel est désuet, la balance commerciale fortement déficitaire, le chômage touche 30% de la population active, 15% de la population vit sous le seuil de pauvreté et les salaires restent bas…

Le FMI n’a pas oublié la Serbie. Il entend lui appliquer son habituel  traitement de choc, partout dénoncé : austérité budgétaire, réduction du nombre des fonctionnaires, baisse de la demande par contraction du pouvoir d’achat, privatisations ou restructurations génératrices de chômage. Et nous connaissons le chantage : pas de réformes ultralibérales, pas de prêts…

L’Europe ne sera pas unifiée ni construite tant qu’on abandonnera les plus pauvres de ses peuples aux assommeurs et aux prédateurs internationaux.

***

Article publié dans le numéro 849 de « Royaliste » – 2004