Début février, l’Irlande a obtenu que 28 milliards d’euros de prêts accordés par la Banque centrale européenne soient transformés en obligations à long terme. Et le FMI de vanter ce bon élève qui a pu revenir sur les marchés financiers et qui a retrouvé le chemin de la croissance ! Le plan de sauvetage de 2010 serait donc une réussite…

Mensonge ! Le taux de chômage est de 14%, la dette publique représente 120% du PIB et d’innombrables Irlandais ont été sacrifiés à l’austérité : réduction des 15% du salaire des fonctionnaires, salaires bloqués à bas niveau dans le secteur privé, endettement massif des citoyens. La demande intérieure étant très faible, ce sont les sociétés multinationales qui tirent l’activité. Elles profitent à la fois des bas loyers, de la déflation salariale et d’un très faible taux d’imposition sur les sociétés qui pèse sur les recettes de l’Etat.

L’accord de février prouve que la BCE couvre un système de dumping fiscal et salarial qui s’exerce au détriment d’autres pays européens – dont la France qui subit sans réagir cette concurrence violemment faussée.

***

Article publié dans « Royaliste » – 2013