Par 61% des voix, les électeurs néerlandais avaient rejeté, le 6 avril 2016, l’accord d’association entre l’Ukraine et l’Union européenne. Certes, ce référendum demandé par les citoyens était consultatif. Mais son résultat était hautement significatif : au-delà de l’accord en question, ce vote exprimait clairement un rejet de l’Union européenne et le gouvernement néerlandais aurait dû immédiatement annoncer que l’accord ne serait pas ratifié. Le Premier ministre a préféré s’engager dans des discussions obscures avec les partis néerlandais et avec Bruxelles ou l’on était furieux de ce référendum entraînant l’annulation de l’accord avec l’Ukraine.

C’est finalement l’oligarchie européiste qui a gagné. Le 31 mai, le Sénat néerlandais a voté l’accord, par suite du ralliement de la majorité des sénateurs chrétiens-démocrates. Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker s’est félicité de cette décision qui constitue un évident déni de démocratie. C’est la deuxième fois que le choix des électeurs néerlandais, qui avaient rejeté le « traité constitutionnel » en 2005, est effacé. Et l’on s’étonne du succès des populistes ?

***

Article publié dans le numéro 1124 de « Royaliste » – 2017