En qui placer notre confiance, désormais ? Jusqu’à présent, beaucoup invoquaient la vérité des chiffres, ou oubliant que les statistiques sont des constructions. Mais les plus prudents utilisaient tranquillement les abondantes données publiées par l’Office européen des statistiques.

Et voici que nous apprenons qu’Eurostat est sous le regard inquisiteur de l’OLAF et de la Cocobu !

En clair : le patron de la statistique européenne est soupçonné est soupçonné d’abus de confiance par l’Office européen de lutte antifraude et la Commission de contrôle de l’Assemblée de Strasbourg reproche leur cécité et leurs négligences à plusieurs membres de la Commission Prodi. Quel monde !

Après le scandale qui avait conduit la Commission Santer à démissionner en 1999, y aurait-il toujours quelque chose de pourri dans les cénacles d’« experts » et de hauts fonctionnaires ?

Bien entendu, toutes les personnes citées bénéficient de la présomption d’innocence. Mais s’il n’y a pas eu délit, nous aurons appris que les statistiques faisaient l’objet de marchés ouverts à la sous-traitance privée, au risque de mille et une dérives. Fraude ou pas, la confiance s’est envolée.

***

Article publié dans le numéro 823 de « Royaliste » – 2003