Un groupe de militants a ramené des Etats-Unis une idée épastrouillante : faire reconnaître le royalisme comme une communauté de victimes, afin de se faire bichonner par les médias et arroser de grasses subventions.

D’abord, américaniser la NAR qui deviendrait la New monarchist action.

Ensuite, saisir les pouvoirs publics d’un scandale : depuis plus de deux siècles, les royalistes sont persécutés, réprimés, moqués, caricaturés. Ces victimes de l’histoire demandent à être respectées au lycée, à l’université, dans les productions cinématographiques et les séries télévisées. Il faut, de toute urgence :

Sur le modèle des safe spaces américains, créer des “lieux sûrs” dans tous les établissements d’enseignement afin que les royalistes puissent venir se reposer après l’évocation de l’assassinat d’Henri IV, de l’attentat de Damiens contre Louis XV, de la Terreur… Un buste de Louis XVI sera installé dans chacun de ces espaces de détente et de recueillement, interdits aux royalistes extrémistes, traumatisants, et aux descendants de familles émigrées qui auraient dû défendre le roi au lieu de se tailler à l’étranger.

Il faut, en revanche, s’opposer au déboulonnage de statues par fidélité à la tradition du monarchisme libéral. Mais un avertissement sur les spectacles violents (trigger warning ) doit être gravé sur les statues et scènes évoquant, par exemple, la Révolution de 1848. De même, une mise en garde sous-titrée doit défiler dans les films qui présentent une image irrespectueuse ou simplement ironique des rois de France – à commencer par Fanfan La Tulipe qui fourmille de microagressions contre les sentiments royalistes.

Les livres concernant la monarchie capétienne et les royalistes qui sont écrits par des auteurs non-royalistes peuvent déclencher de notre part une plainte en “appropriation culturelle” sur le modèle des plaintes qui visent, aux Etats-Unis, les auteurs blancs qui racontent la vie de personnes de couleurs. Les directeurs de maisons d’édition ont tout intérêt à recruter dès à présent des “lecteurs de sensibilité” (sensitivity readers) chargés d’éliminer les chapitres susceptibles de troubler la sensibilité royaliste. L’éducation des “lecteurs de sensibilité” sera assurée par des organismes subventionnés par l’Etat.

Sur un mode plus offensif, il est envisagé de créer un hashtag “Balance Ton Jacobin” pour fustiger ceux qui mangent de la tête de veau le 21 Janvier.

Au nom de la liberté de conscience, nous acceptons bien volontiers que nos concitoyens blessés par l’évocation de la Saint-Barthélémy, de la Terreur blanche et autres massacres qui ont endeuillé notre vieille France puissent, eux aussi, se réfugier dans les “lieux sûrs”.

Ceux qui partagent ces points de vue sans être royalistes peuvent devenir nos alliés. Toi aussi, deviens Royco-friendly !

Lily FLOWER

NB : La direction du journal certifie que cet article est humoristique et constitue un exercice d’auto-dérision. En aucun cas, il ne saurait être interprété comme une moquerie à l’égard des communautés souffrantes qui ont parfaitement le droit de saturer le débat public et de pomper l’air des citoyens à la recherche d’un emploi.