Sur la naissance, les difficultés et l’organisation de la Résistance, voici un ouvrage de référence qui règle de lancinantes questions.

L’histoire de la Résistance française doit éviter deux écueils : aussi bien le mythe d’un mouvement spontanément unifié et toujours unanime, que la fausse lucidité qui consiste à décrire une aventure inutile – ou même dangereuse en raison des intrigues diaboliques du Parti communiste.

Dans l’ouvrage qu’il a consacré à l’organisation de la Résistance, René Hostache se tient à l’écart de ces deux légendes, comme des règlements de comptes et des plaidoyers pro domo qui marquent trop souvent les ouvrages des acteurs. En historien scrupuleux, salué comme tel par le général de Gaulle, l’auteur s’est attaché à décrire une réalité complexe, confuse à l’origine, et conflictuelle dans son développement tant il y eut de rivalités et de luttes d’influence.

Ce sont ces difficultés, inévitables conséquences de la très grande diversité des personnalités et des mouvements, qui décidèrent le général de Gaulle à créer le Conseil National de la Résistance. René Hostache en décrit très précisément la naissance, l’organisation, et le rôle décisif de Jean Moulin que l’histoire du CNR après l’arrestation et la mort de son premier président fait d’autant plus fortement ressortir.

Dans sa recherche, René Hostache ne pouvait ignorer les polémiques et les débats qui resurgissent épisodiquement quant au rôle politique de Jean Moulin et quant à la stratégie des communistes. Démonstration est faite que le premier président du CNR ne fut pas « l’homme des communistes ». Quant au Parti, il mena de front deux stratégies, de lutte patriotique et de prise du pouvoir, et mit finalement en exergue la première, faute de pouvoir réaliser la seconde en raison du prestige du chef de la France libre et de ses liens avec la Résistance intérieure.

Décrivant la victoire de la France combattante, René Hostache n’oublie pas la déception des lendemains, née de l’abandon des principes politiques de la Résistance : démocratie réelle, « libérée de l’argent-roi », institutions fortes, dignité des travailleurs et partage des responsabilités économiques … Actualité de la Résistance.

***

(1) Le Général de Gaulle, Jean Moulin et la création du CNR, Ed. La Bruyère.

Article publié dans le numéro 522 de « Royaliste – 15 octobre 1989