Dans la coexistence, paisible mais armée, qui se dessine depuis trois semaines, le plus embarrassé n’est pas celui qu’on croit. A la caricature d’un Président retranché dans son palais et perdant jour après jour de son autorité, s’oppose une réalité toute différente. En récusant certains candidats aux fonctions ministérielles, en confirmant qu’il se rendrait au sommet de Tokyo, en faisant annoncer qu’il ne signerait pas des ordonnances contraires à la justice sociale et à l’équité en matière électorale, François Mitterrand a clairement signifié qu’il entendait maintenir l’ensemble de ses prérogatives, c’est-à-dire continuer de veiller sur l’essentiel.

Face au chef de l’Etat, le nouveau Premier ministre est empêtré dans des contradictions dont il lui sera difficile de sortir. Certes, Matignon a désormais en charge la gestion d’importants domaines, sur le plan de la technique politique (la réforme électorale) et économique. Mais Jacques Chirac se heurte à trois obstacles d’autant plus gênants qu’il lui faut aller vite pour convaincre les Français de son efficacité et gagner la bataille présidentielle.

DE L’UTOPIE AU RÉALISME

Il y a d’abord cette majorité parlementaire trop étroite, qui contraint le Premier ministre à recourir aux ordonnances. Elle se trouve menacée par la présence en son sein ou sur ses bords de nombreux trublions potentiels. Sans doute Jacques Chirac est-il libéré, pour un temps, de l’hypothèque barriste et de la menace, redoutable pour lui, d’une démission présidentielle. Mais il se retrouve sous la classique épée de Damoclès que représente la dissolution de l’Assemblée à un moment qui lui serait particulièrement défavorable.

Une majorité étroite et peu assurée d’elle-même pourrait être maintenue et renforcée si le gouvernement était capable de réaliser rapidement son programme. Mais le bât blesse en cet endroit, et ralentit déjà la marche. Comme la gauche naguère, le nouveau gouvernement mesure déjà l’inconvénient des promesses faites à certains groupes de pression et le caractère irréalisable d’une doctrine libérale dont il n’était pas difficile de déceler l’utopie. Déjà revenu de son libéralisme doctrinal, confronté à l’impopularité des mesures immédiates qu’il comptait prendre (la suppression de l’autorisation administrative de licencier), et à la difficulté pratique de certaines réformes (la privatisation), le gouvernement s’engage sur la voie du « réalisme » qui est à cent lieues des illusions entretenues depuis cinq ans. C’est le cas de M. Balladur, qui aborde ses dossiers avec précaution et laisse entendre qu’il agira de façon mesurée, de M. Seguin, qui se comporte avec prudence, et de MM. Monory et Léotard qui disent ne pas vouloir rompre avec la politique de leurs prédécesseurs.

Afin de compenser cette sagesse décevante pour son électorat, le gouvernement cherchera sans doute à prendre des mesures spectaculaires dans le domaine de la sécurité (mais le Président veillera à ce qu’elles ne soient pas liberticides) et Jacques Chirac tentera de réaliser quelques coups d’éclat, à ses risques et périls. Sa première initiative sur le plan diplomatique est à cet égard une erreur. En se rendant à Tokyo à la suite du Président de la République, le Premier ministre risque de nuire à la politique française s’il énonce des thèses personnelles, et d’être ridicule s’il ne dit mot. Le mieux serait qu’il renonce à ce projet, conçu dans la hâte de faire quelque chose plutôt que rien.

Le jeu complexe que doit mener le Premier ministre se déroule devant une opinion publique qui pourrait constituer un troisième obstacle s’il décidait de sortir de son rôle. A moins de les séduire dans les semaines qui viennent Jacques Chirac se trouverait confronté, en cas de crise ouverte avec l’Elysée, aux réactions « présidentialistes » d’une majorité de Français de gauche et de droite et risquerait de mesurer à son détriment la différence majeure qui existe entre la majorité parlementaire dont il est issu et la légitimité démocratique du chef de l’Etat.

SIMULATION

La coexistence ne se résume pas à l’affrontement de deux équipes rivales. Son enjeu véritable est la stabilité de l’Etat, l’indépendance de celui qui l’incarne, et la continuité de notre politique. Une coexistence ratée compromettrait ces acquis. Une expérience réussie permettrait une meilleure définition des rôles respectifs de l’Elysée et de Matignon, qui devrait aboutir à la mise au point d’un texte constitutionnel trop flou.

Il doit être clair que nous souhaitons cette réussite, qui renforcerait l’esprit monarchique des institutions. A travers la défense des prérogatives présidentielles et la délimitation du rôle gouvernemental, nous assistons à une simulation du pouvoir monarchique dans ses attributions essentielles. Loin d’épuiser notre projet, cette simulation a le mérite de faire désirer la chose même. Parce que la fonction présidentielle est trop ambiguë, parce que la légitimité est partielle, faute d’une dimension historique, l’arbitrage est contestable et l’épreuve de force toujours possible. En suivant jusqu’à son terme la logique aujourd’hui à l’œuvre, nous pourrions dépasser ces contradictions, remédier à ces carences et fonder durablement la stabilité et la continuité politiques. Depuis 1958, la question de la monarchie a cessé d’être théorique dans notre pays.

***

Editorial du numéro 447 de « Royaliste » – 9 avril 1986