Des amis personnels, hauts fonctionnaires en poste, souvent à l’étranger, m’interrogent sur l’attitude des principaux personnages de l’Etat. C’est flatteur : je suis censé connaître les raisons profondes des décisions prises, évitées ou reportées, des aberrations constatées, de l’indifférence plus ou moins polie des oligarques à l’égard de ceux qui leur apportent des informations pertinentes et des solutions permettant de sortir de l’impasse ultralibérale. Hélas ! Mes explications ne parviennent pas à satisfaire ces amis, qui ont pour la plupart voté à gauche avec un mince espoir et qui voient de très près comment les intérêts français sont si peu et si mal défendus.  A partir d’observations directes ou indirectes, je voudrais cependant résumer mon point de vue par quelques mots.

Carrière. Quand le service de l’Etat est inscrit dans un plan de carrière qui est lié aux rapports de force à l’intérieur d’un parti, les pensées et les actes sont ramenés à la médiocrité des calculs personnels.

Communication. Quand l’action politique est soumise aux critères de la communication, la capacité de juger est perdue aussi sûrement que le fameux « contact » avec le « terrain » : on fait ce qui est convenable pour bien paraître dans les médias sans vouloir comprendre qu’ils n’assurent pas la relation entre le pouvoir et le peuple.

Clôture. L’oligarchie est un monde clos, dans lequel l’adhésion populaire et les sentiments des subordonnés ne comptent pas plus que la morale commune : le politique cherche l’estime du grand industriel qui guette celle du banquier que le patron de médias sollicite. L’argent irrigue l’ensemble, sans qu’on se préoccupe des sources. La corruption n’est plus ressentie comme telle.

Dogmatisme. Les oligarques de droite et de gauche évoluent dans la même bouillie idéologique, tellement touillée en petits comités qu’elle leur paraît naturelle. Le libre-échange, l’euro, la spéculation, la Commission européenne, l’Occident et la prééminence américaine ne sauraient être mis en question. La nation passe donc à l’arrière-plan – celui des discours de campagne électorale.

Opportunisme. Dans un monde clos, riche en jeux de miroirs, les idées sont réduites à des formules sans importance. Seuls comptent les rapports de force dans une microsociété qui se croit réaliste en oubliant que les idées font naître les réalités. J’observe que les oligarques ont raison de penser ainsi : les jugements critiques et les idées neuves n’ont pour le moment aucune force et il est facile d’en conclure qu’il n’y a point de menace – hormis les scandales qui frappent quelques éminences. Vogue la galère !

Si l’on additionne le carriérisme, la communication, l’entre-soi, le dogmatisme et l’opportunisme, on aboutit à un premier constat qui permet d’expliquer l’inexplicable : l’oligarchie ne pense pas, elle n’est plus dans l’histoire de la nation, elle ignore tout du Politique et elle justifie son irresponsabilité en prétendant que l’intérêt national passe par un « intérêt européen » qu’elle serait bien en peine de définir. D’autres décident, à Bruxelles, à Francfort, à Berlin, à Washington selon les « dossiers » à traiter, en tout cas « en Occident » (1) et l’on s’en tient à une défense minimaliste – par exemple sur l’exception culturelle – qui permet de faire accepter des abandons majeurs comme on le verra lors des négociations sur la libéralisation des échanges entre l’Union européenne et les Etats-Unis.

Il n’y a donc rien à comprendre, sinon que les oligarques français suivent la tendance dominante – le mainstream – dans leur Occident fictif afin de conserver l’estime des clubmen qu’ils rencontrent lors des sommets internationaux et dans les conseils européens.

Aucune indignation, aucune exhortation ne les conduira à changer d’attitude puisque le rapport des forces joue en leur faveur dans les principaux pays de l’Union européenne. Des syndicats divisés et parfois complices. Des mouvements protestataires dépourvus de stratégie cohérente. Dans les classes moyennes et populaires, des citoyens partagés entre l’accablement et l’exaspération… Les oligarques peuvent, non sans bonnes raisons, se sentir hors d’atteinte. C’est ce sentiment d’invulnérabilité qui est pour eux le principal danger.

***

(1)    Lire la communication de Régis Debray : « Occident, diagnostic » sur le site www.fondation-res-publica.org

Editorial du numéro 1038 de « Royaliste » – 2013