Avant comme après les attentats d’Orlando et de Magnanville, la France vit sous la menace du terrorisme islamiste. L’Armée et la Police nationale font tout leur possible pour éviter de nouvelles attaques et les pouvoirs publics devraient faire preuve, dans toutes leurs décisions, d’une extrême prudence.

Or François Hollande et Manuels Valls vivent une dangereuse schizophrénie. L’Elysée et Matignon proclament la « guerre contre le terrorisme » ce qui est stupide car on ne fait pas la guerre à une méthode de destruction. Dans le même temps, on laisse s’organiser sur le territoire national un championnat de football en espérant bénéficier des retombées politiques des manifestations sportives et festives – tout en sachant que les risques d’attentats sont considérablement accrus et en négligeant l’hooliganisme.

On ne peut pas déclarer la guerre et faire la fête, mobiliser un peuple et le distraire, faire la chasse aux djihadistes et multiplier leurs cibles en demandant à des soldats fatigués et à des policiers épuisés d’assurer la sécurité de tous. Le chaos est dans la tête des dirigeants. C’est pour cela que le désordre s’étend dans le pays.

***

Article publié dans le numéro 1103 de « Royaliste » – 2016